Jean-Pierre Millecam

Biografie şi Bibliografie

 -
Jean-Pierre Millecam est un écrivain français, né à Mostaganem (Algérie) le 6 août 1927 d’Armand Millecam et Gillette Balland.

Vie et œuvre

Grands-parents établis en Algérie depuis le début du siècle. Les sangs étaient mêlés : Français, Espagnols, Italiens, Anglo-saxons.

Sages études primaires à Mostaganem, ville pourtant houleuse : grosses secousses pendant la Guerre d'Espagne et le Front populaire (cf. l’enterrement d’un docker assassiné par des colons fascistes, dans le roman Choral).

Études secondaires débutant à Mostaganem, sous le régime de Vichy. La famille étant résolument anti-pétainiste et plutôt Gaulliste, Millecam sera obligé de poursuivre ses études à Oran pour connaître la paix (Le général Patton, qui a établi ses quartiers à Mostaganem, ne nommait-il pas la ville le petit Berlin ?).

A Oran, épanouissement mystique, lequel couvait depuis l’enfance, même si les parents n’avaient jamais prodigué le moindre enseignement religieux.

Études universitaires à Alger. Licence de philosophie. Licence de psychologie.

Millecam enseigne à Tlemcen où il demeurera jusqu’en 1956. Tentation de l’Islam (tout en restant intimement chrétien) à partir de 1955, en pleine guerre d’Indépendance (cf. le roman autobiographique Une légion d’anges).

1951 : Publication, sous les auspices d’Albert Camus, de Hector et le Monstre, chez Gallimard, suivie de L’Etoile de Jean Cocteau aux Editions du Rocher.

1956, le 12 mai, Millecam, en vacances à Lamoricière, est agressé par un inconnu à la solde de la gendarmerie locale. Il subit une trépanation de la tempe droite, qui nécessite une prothèse de matière plastique. L’opération se passe à Alger (Hôpital Mustapha). Après quoi Millecam, pas même remis, est assigné à résidence à Oran – considéré comme communiste, ce qu’il n’est pas. L’assignation est transformée en expulsion du territoire algérien. Millecam se réfugie à Rabat, Maroc, dans la famille d’Abdelmajid Meziane, futur ministre algérien de la Culture.

A Rabat, Millecam fait la connaissance de Sylvia Conquy, qu’il épouse en 1958, et dont il aura une fille, Anne, en 1959.

En 1962, à la date de l’Indépendance, Millecam retourne à Oran, où il restera six années. Après enquête médicale, il est décidé de lui attribuer un pourcentage d’invalidité de 35 %. Mais sur les instances d’officiels (du consulat), il renonce à poursuivre le recouvrement de cette dette.

A l’automne 1968, Millecam retourne au Maroc, son pays d’adoption. Son départ d’Algérie, est motivé, entre autres raisons, par son désaccord idéologique avec l’Algérie du président Boumediene. Il retrouve donc Rabat et Casablanca où il enseignera jusqu’à son retrait à Nice, Côte d’Azur, fin 1993.

C’est successivement à Oran, Rabat, et Casablanca, que Millecam écrira tous les volumes d’une œuvre unitaire, qu’il eût aimé intituler Queste sauvage – œuvre hélas dispersée au gré des hasards de l’édition. Dans cette œuvre, qui se divise en deux parties à peu près égales, l’une algérienne, l’autre marocaine, on retrouve les mêmes personnages, distribués selon les lieux. Le personnage de Lancelot fait le joint entre les lieux et les héros qui se succèdent. Dans le dernier volume publié, Ismaël, Lancelot disparaît au bénéfice, précisément, d’Ismaël, jeune mystique dont l’Islam recouvre, à son insu, un idéal profondément chrétien, mais vierge de tout a priori.

Œuvres

Romans et nouvelles

    Hector et le Monstre, Gallimard 1951
    Sous dix couches de ténèbres, Lettres Nouvelles, Maurice Nadeau 1968
    Et je vis un cheval pâle, Gallimard 1978 (nomination au prix Femina)
    Un vol de chimères, Gallimard 1979
    Une légion d’anges, Gallimard 1980 (nomination au prix Femina)
    Choral, Gallimard 1982 (nomination aux prix Goncourt et Renaudot)
    La Quête sauvage, Calmann-Lévy 1985,
    Le défi du Petit archer, La table Ronde 1988
    Longtemps je me suis douché de bonne heure, La Table Ronde 1990
    Apocalypses (in Une enfance algérienne, collectif) Gallimard 1997
    Ismaël et le chien noir, Éditions El Manar 1998
    Trois naufragés du royaume, Éditions des Syrtes 1999 (nomination au prix Renaudot)
    Tombeau de l’archange, Éditions du Rocher 2001
    Ismaël, Éditions du rocher 2007

Théâtre

    Trois enfants perdus, Mis en scène de Dominique Serreau à Choisy le Roy, 1968, puis à Dieulefit, 1969

Essais

    L’Etoile de Jean Cocteau, Éditions du Rocher 1952
    L’Etoile de Jean Cocteau (avec les lettres de Cocteau à l’auteur, in extenso) 1990
    Jean Genet, un mystique à l’état sauvage, in Colloque Jean Genet, Rabat 2003

Préface

    La Quête de Dominique de Roux, Préface à La jeune fille au ballon rouge, Le Rocher, 2001

Cărti de Jean-Pierre Millecam


Cum Cumpăr Cum plătesc Livrare
0 cărţi in coş
Total : 0 RON